Girac Coli : Cathy Van Dorslaer, formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes à Profondeville (Namur) Belgique

facebook-simplegreen  

Jeux de rôles

 Bousculade

Septième animation "Graines de médiateurs" de la classe de 5ème de Madame Julie (Saint-Thomas d'Aquin à Schaerbeek).
En s'aidant des cartes "Jeux de rôles" et des conseils de Monsieur Jonathan (qui bénéficie également d'animations mais qui mène des ateliers avec les élèves entre mes venues), les élèves ont préparé une médiation. Bien que la scène ait été inventée pour l'occasion et qu'elle soit jouée pour s'entraîner, l'objet du conflit (bousculade) se vit encore parfois et les enfants apprécient de découvrir et vivre une autre façon de gérer le désaccord.

Une élève présente d'abord la situation en s'aidant des cartes "Jeux de rôles". Elles seront bientôt disponibles sur le site.

Fatima mène ensuite la médiation. Je suis particulièrement fière d'elle, de son sérieux, de son implication. Lors de la première animation, en septembre, Fatima prétendait ne pas ressentir d'émotions. Durant plusieurs mois, elle est restée silencieuse. A présent, elle mène la danse en s'aidant des cartes de la médiation posées au sol!

 

 

C'est une première et il reste des imperfections. Il va falloir retravailler la recherche de solutions créatives gagnant/gagnant: par quels actes concrets peut-on arriver à "faire la paix"?

 

 

Médiation en classe, à l’aide des cartes au sol


Les médiations filmées (en amateur pour l’instant) et présentées ci-dessous répondent à l’objectif pédagogique de visualiser l’utilisation des étapes de la médiation expliquées dans la rubrique « Cartes et chansons ».
Ces médiations avaient cependant réellement eu lieu, précédemment. Ce jour-là, elles étaient davantage chargées d’émotions (tristesse, colère), avaient demandé davantage de temps.
Les élèves, réconciliés, ont cependant accepté de les rejouer.

Pour que l’objectif pédagogique soit pleinement atteint, je transcris à la suite de chaque reportage les paroles de chacun et je signale les éventuelles corrections à apporter si l’on souhaite mener une médiation dans les « règles de l’art ».
 

Première médiation


Médiateur : Alessandro
Enfants en conflit : Payton et Ornella

Situation de départ : Payton et Ornella sont amies depuis l’école maternelle. Ce jour-là, Ornella est allée jouer avec d’autres amies, laissant Payton seule.

 
 

Médiateur : Alessandro (malade, ce jour-là, ce qui explique sa voix rauque)
Enfants en conflit : Payton et Ornella

Situation de départ : Payton et Ornella sont amies depuis l’école maternelle. Ce jour-là, Ornella est allée jouer avec d’autres amies, laissant Payton seule.

Vous remarquerez que des personnes extérieures sont visibles, dont une jeune fille tenant un micro. J’ai le projet de réaliser un DVD présentant en images différentes animations et réalisations. Des étudiants de l’Institut Saint-Anne de Gosselies et leur professeur ont filmé la médiation. Il y a eu plusieurs prises, encore en cours de montage.

Alessandro : Je propose, pour vous calmer, que vous faisiez un « bûcheron » (activité pour se calmer, proposée dans l’ouvrage « Graines de médiateurs II » page 109). Qui est la plus énervée entre vous deux?
Payton : Moi


Alessandro : Avancez d’une case. Dis ce que tu as vu et ce que tu as entendu.
Payton : J’ai vu qu’elle m’a laissé tomber et que je me suis retrouvée toute seule.
Payton ne procède pas à une description objective mais formule son interprétation de la situation. Dans une prise précédente, Alessandro l’avais reprise  en signalant que c’était une interprétation et qu’elle devait décrire ce qu’elle avait vu.
Alessandro : Tes sentiments ?
Payton : Triste parce qu’elle m’avait laissé tomber.
Même erreur de formulation que précédemment. Payton persiste dans son interprétation. Ceci s’explique par le fait qu’une amitié de longue date les unit et que Payton ressent de la tristesse à voir son amie prendre de l’autonomie.
Alessandro : Tes besoins ?
Payton : Qu’on joue tous ensemble.


Alessandro : Ornella, tu vas dire ce que Payton a dit.
Ornella : Elle a vu que je la laissais sur le côté et que je jouais avec les autres.
Ornella procède, elle, à une description objective.
Alessandro : Et qu’est-ce que tu as entendu ?
Ornella : Rien
Alessandro : Ses sentiments ?
Ornella : Elle était triste.
Alessandro : Ses besoins ?
Ornella : Qu’on joue tous ensemble.


Alessandro : Retour à la case départ. Vous inversez les rôles. Qu’est-ce que tu as vu ? Qu’est-ce que tu as entendu ?
Ornella : J’ai vu que Payton était sur le côté. Mais je ne pensais pas à elle. Je pensais à jouer.
Ornella décrit objectivement sa version de la situation qui a blessé Payton.
Alessandro : Qu’est-ce que tu as entendu ?
Ornella : Rien.
Alessandro : Tes sentiments ?
Ornella : Quand je jouais, j’étais heureuse. Oui. Mais quand je l’ai vue pleurer, j’ai été triste.
Alessandro : Tes besoins ?
Ornella : Qu’on joue tous ensemble.

Alessandro : Retour à la case départ. Maintenant, Payton, veux-tu bien répéter ce qu’elle a dit ?
Payton : Elle a dit qu’elle jouait avec les autres et qu’elle ne pensait pas à moi.
Alessandro : Ses sentiments ?
Payton : Elle était joyeuse quand elle jouait avec les autres mais triste quand elle m’a vue pleurer.
Alessandro : Ses besoins ?
Payton : Qu’on joue tous ensemble.


Alessandro : Qu’est-ce que tu proposes comme solution ?
Le médiateur commet une erreur en s’adressant à une seule personne. La solution doit être trouvée par les deux parties.
Payton : Qu’on joue tous ensemble. Les copines d’Ornella, Ornella et moi.
Alessandro : Tu es d’accord ?
Le médiateur rétablit l'équilibre en s’assurant que la solution est équitable et répond à tous les besoins, exprimés par l’un et l’autre.
Ornella : Oui.


Alessandro : On se serre la main et on redevient copain.

Seconde médiation 

Médiatrice: Lucie 

Enfants en conflit : Laura et Kendra

Situation de départ : Durant la récréation, Laura et Kendra ont joué à "six fois six trente-six". Laura a gagné et a manifesté sa joie. Kendra, qui avait perdu, s'est fâchée et a boudé.

 {youtube}nL2dSamP9ig{/youtube}

 

 

Médiation sur la « Marelle de la médiation »


La médiation filmée (en amateur pour l’instant) et présentée ci-dessous répond à l’objectif pédagogique de visualiser l’utilisation des étapes de la médiation expliquées dans la rubrique « Méthodologie ». Cette médiation avait cependant réellement eu lieu, la veille. Ce jour-là, elle était davantage chargée d’émotions (tristesse, colère), avait demandé davantage de temps. Carla et Chiro, réconciliés, ont cependant accepté de la rejouer.

Pour que l’objectif pédagogique soit pleinement atteint, je transcris à la suite du reportage les paroles de chacun et je signale les éventuelles corrections à apporter si l’on souhaite mener une médiation dans les « règles de l’art ».

Médiateur : Florent
Enfants en conflit : Carla et Chiro

Situation de départ : Carla et Chiro jouaient ensemble à un jeu, dans la cour de récréation. A un moment, Carla a déclaré que Chiro avait perdu. Celui-ci, n’étant pas d’accord, l’a insultée.
 
 
Médiateur : Florent
Enfants en conflit : Carla et Chiro

Situation de départ : Carla et Chiro jouaient ensemble à un jeu, dans la cour de récréation. A un moment, Carla a déclaré que Chiro avait perdu. Celui-ci, n’étant pas d’accord, l’a insultée.
 
Florent : Pour vous calmer, je vous propose de respirer trois fois
Florent : Est-ce vous êtes prêts à parler ?
Carla et Chiro : Oui

Florent : OK! On avance d’une case. OK ! Qui est le plus énervé des deux?
Carla : Moi

Florent : Ok ! Tu vas dire ce que tu as vu et ce que tu as entendu.
Carla : J’ai entendu qu’il m’avait traitée de petite, que je ne savais pas jouer, que j’avais un petit cerveau.
Florent : Ok ! Ensuite tu parles de tes sentiments. Qu’est-ce que tu as ressenti ?
Carla : J’étais triste et énervée.
Florent : Et tu avais besoin de quoi ?
Carla : D’un peu de respect.

Florent : Ok ! Vous revenez en arrière. Ensuite, Chiro, tu répètes ce qu’elle a dit.
Chiro : Elle a entendu que j’avais dit qu’elle était nulle, qu’elle ne savait pas jouer, qu’elle avait un petit cerveau.

Il y a une erreur dans la reformulation de Chiro, que le médiateur n’a pas relevée. Carla a précisé que Chiro l’avait traitée de « petite » et non de « nulle ». Cela a de l’importance car Carla est la plus petite de sa classe et le fait que cela lui ait été rappelé justifie vraisemblablement une part de sa tristesse et son besoin de respect. Lorsqu’une médiation est menée en présence du groupe, ce genre d’erreur est relevé par les observateurs.
Florent : Qu’est-ce qu’elle a ressenti ?
Chiro : De la tristesse.
Florent : Et…
Le médiateur remplit bien son rôle en faisant comprendre que la reformulation n’est pas complète. A nouveau, dans cette phase difficile de reconnaissance des sentiments et des besoins de l’autre, l’aide du groupe qui observe est précieuse.
Chiro : De la colère.
Florent : Ensuite, de quoi est-ce qu’elle a besoin ?
Chiro : D’un peu de respect.

Florent : Ensuite, vous inversez les rôles. Chiro, tu dis ce que tu as vu et ce que tu as entendu.
Chiro : J’ai entendu que je l’avais traitée, qu’elle était petite, qu’elle ne savait pas jouer, qu’elle avait un petit cerveau.

Il y a une erreur ici. Chiro évoque la description de la situation qui a posé problème à Carla. Il aurait dû évoquer la situation qui lui a posé problème et qui a déclenché sa colère : le fait que Carla lui dise qu’il avait perdu.
Florent : Qu’est-ce que tu as ressenti ?
Chiro : De la colère.
Florent : Et tu avais besoin de quoi ?
Chiro : De me calmer.

Florent : Ok ! On revient en arrière. Carla tu répètes ce que Chiro a dit.
Carla : Il a dit qu’il m’avait traitée, qu’il avait dit que j’avais un petit cerveau et que je ne savais pas jouer.

Carla répète les propos de Chiro. Chiro n’ayant pas donné les raisons de son énervement, il n’aura pas l’occasion d’être entendu et reconnu à ce propos.Florent : Ce qu’il a ressenti ?
Carla : De la colère.
Florent : De quoi il a besoin ?
Carla : De réconfort.
Ce n’est pas le besoin exprimé par Chiro. Cependant, Carla propose un besoin sans doute présent chez Chiro même s’il ne l’a pas cité : Etre réconforté dans le fait qu’il a été éliminé d’un jeu parce que les règles n’étaient pas claires. On voit l’hésitation du médiateur qui va en fin de compte accepter cette reformulation.
 
Florent : Oui. Ensuite, on avance d’une case. Il faut trouver des solutions. Qu’est-ce que vous proposez comme solutions ?
Chiro : Je propose qu’on respecte les règles un peu mieux.
Florent : Carla, tu as une autre solution ?
Carla : Non.
Florent : Es-tu d’accord avec lui ?
Carla : Oui.

Florent : Ok ! On va avancer d’une case et on se serre la main et on devient copain.

Contactez-moi

Cathy Van Dorslaer
Formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes

par GSM
+32 496 80 50 56

par mail
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Via Facebook

Pour rejoindre les membres du site et être au courant des régulières nouveautés, cliquez ici

Typographiste & Croquis © 2012 - 2017