Girac Coli : Cathy Van Dorslaer, formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes à Profondeville (Namur) Belgique

facebook-simplegreen  

Cartes au sol

pour mener une négociation ou une médiation

 

 

Voir les cartes (N&B)

 

 

Les cartes  peuvent être utilisées de deux façons

•    Pour mener une négociation : les deux parties en désaccord ont les compétences (théoriques et émotionnelles) pour mener seuls la démarche. La carte 1 (rouge) et les cartes 2 à 6 (jaunes) sont placées au sol selon une orientation et un ordre précis.

jeu de cartes girafe

•    Pour mener une médiation : un tiers  tient le rôle de médiateur. Il régule l’ordre des interventions, dirige les déplacements des deux parties en confli, pose les questions nécessaires à l’expression de chacun. Le médiateur se place sur la carte bleue qui est placée à distance des autres, de manière à pouvoir superviser les échanges et les déplacements.

 

 

 

 

 


La négociation / la  médiation peut se dérouler de trois façons


•    Les parties en conflit les mènent spontanément au moment et sur le lieu du conflit. Cela arrive ! C’est l’objectif ultime et idéal de la démarche qui demande cependant un peu de pratique. Dans certaines écoles ou institutions, qui ont été initiées aux étpes de la négociation et de la médiation, des jeux de cartes sont disponibles  et peuvent être demandées quand nécessaire.

 


•    Le médiateur) mène la démarche uniquement avec les parties concernées, à leur demande ou parce qu’il en ressent la nécessité.


•    La négociation ou la médiation est menée en présence de tous les membres du groupe. Je le préconise car cela permet un ancrage de la méthode. De plus, les membres observateurs, et parfois témoins du conflit, peuvent veiller à ce que la description soit objective. Ils peuvent également suggérer des solutions créatives.

 

La négociation / la médiation se passe en quatre temps


•    Les parties en désaccord souhaitent résoudre leur conflit et sont suffisamment calmes, prêts à s’exprimer et à s’écouter
•    Celui qui a été  le plus touché s’exprime en premier lieu. L’autre l’écoute et reformule.
•    C’est au tour du second de s’exprimer. Le premier écoute et reformule.
•    Les circonstances et les conséquences du conflit ont été exprimées, comprises et entendues. La recherche de solutions est possible, qui amènera à une réconciliation.

 

Les cartes sont placées selon une orientation (en lien avec les quatre temps)

Les cartes sont placées au sol, dans un ordre décrit ci-dessous, orientées de manière à répartir la prise de parole et l'écoute.

Deux pictogrammes se trouvent sur les cartes 2 à 5, qui permettent un échange équilibré sur la description objective des faits, les sentiments ressentis par chacun, les besoins non satisfaits et la recherche commune de solutions. Le pictogramme d’une "bouche" qui symbolise le temps d’expression et le pictogramme d’une "oreille" qui symbolise le temps d’écoute.

Le pictogramme de la « bouche » doit être orienté à gauche et le pictogramme de l’  « oreille » doit être orienté à droite.


Les parties en désaccord, se déplaceront d’un côté puis de l’autre des cartes, durant la démarche.


C’est celui qui est le plus touché émotionnellement qui a le droit de commencer. La plupart du temps, les parties en désaccord se mettent spontanément d’accord sur l’ordre d’expression. Celui qui parlera le premier pourra rapidement mettre des mots sur ses émotions et sur ce qui les a suscitées. Il sera apaisé par la reformulation de son « opposant du moment » et sera disposé à l’écouter et à trouver des solutions. Celui qui s’exprimera en second a la certitude que son point de vue sera également entendu et reformulé.


Les cartes ont un ordre (en lien avec les quatre temps)

Premier temps


Carte 1 

jeu de cartes stop

 

Ceux qui se prêtent à la démarche souhaitent l’un et l’autre trouver une issue au conflit. Parfois, l'un des deux n’est pas encore prêt, toujours sous le coup de son émotion. Un exercice de respiration lui est proposé. Si cela ne suffit pas, du temps lui est laissé et la procédure est reportée.

Il convient donc d’être suffisamment calmé que pour entamer une démarche de négociation (tout seuls) ou de médiation (à l'aide d'un tiers).

Les parties en désaccord se placent (en respectant les priorités décidées) d’un côté et de l’autre de la carte.

 

 

 

Second temps

 Carte 2 

jeu de cartes garon

Celui qui commence se déplace jusqu’à la carte 2 et décrit objectivement les faits. Cela implique d'avoir appris à distinguer les interprétations des faits objectifs.

Celui qui s’exprime dit où cela s’est passé, ce qu’ils faisaient, ce qui a été dit, les gestes qui ont été posés. Il arrive qu’il reproduise le geste ou répète mot pour mot les termes utilisés (calmement évidemment) pour qu’on en ait une idée exacte. 

Celui qui écoute  ne se déplace pas  et confirme ou donne des précisions.

L’intervention de témoins de la scène est parfois nécessaire pour avoir une idée claire de l’incident et de sa chronologie.

 

 

 

Cartes 3 et 4

jeu de cartes coeur

 

jeu de cartes arbre

Celui qui s’exprime, tout en se déplaçant jusqu’à la carte 3, puis jusqu’à la carte 4, met des mots sur les sentiments qu’il a ressentis et sur ses besoins fondamentaux. Cela implique d'avoir été été sensibilisé et entraîné à l'utilisation de ce type de vocabulaire.

 

Cette étape implique deux actions :


•    Celui qui a écouté , toujours sans bouger au niveau de la carte 1 reformule ce que le premier  a exprimé : la description objective des faits sur laquelle ils se sont déjà mis d’accord, les sentiments ressentis, les besoins non satisfaits.

Cette étape est difficile (même les adultes éprouvent des difficultés). Elle est cependant essentielle car elle garantit que l’autre a réellement tenté d’écouter et de comprendre ce qui a été exprimé. Elle permet également une reconnaissance officielle du préjudice ressenti. S’il s’agit d’une médiation, le médiateur sera vigilant et veillera à ce que rien de ce qui aura été dit ne soit oublié ou transformé. En cas de négociation menée devant un groupe, les témoins peuvent remplir ce rôle.


•    Une fois la reformulation correctement accomplie, les rôles s’inversent. Les parties en désaccord tournent autour des cartes ou  les enjambent, celui qui a parlé écoutera, c’est au tour de celui qui a écouté de parler.

Troisième temps

Les parties en désaccord se repositionnent au début, d'un côté et de l'autre de la carte 1. Les déplacements le long des cartes sont identiques à ce qui précède. Celui qui parle se déplace. L'enfant qui écoute reste sur place.


Carte 2

 

Celui qui s'exprime rappelle les faits. Bien qu'ils se soient déjà mis d'accord précédemment, c'est parfois l'occasion de donner des précisions antérieures aux faits qui permettront de davantage comprendre le contexte.

Cartes 3 et 4 

 


Celui qui s’exprime ne doit pas parler des sentiments qu’il ressent à présent, après avoir entendu l’autre. Il peut les évoquer bien sûr mais ce qui lui est demandé est de dire dans quel état émotionnel il était au moment des faits et quelles en étaient les raisons.

 


Celui qui a écouté reformule avec exactitude.


La situation est à présent expliquée et apaisée car  les émotions ont pu être dites et reconnues par les deux parties.

 

Quatrième temps


Carte 5

jeu de cartes baguette

Les deux parties se font face, au niveau de la carte 5.

Il s’agit à présent de trouver des solutions pour que le conflit soit apaisé. Des solutions également pour que, une prochaine fois, dans une situation de ce type, une façon d’agir non conflictuelle soit adoptée.


Les membres du groupe doivent avoir été sensibilisés à la recherche de solutions « gagnant/gagnant » et à la créativité qu’elle requiert. En effet, certains, touchés par la peine de l’autre, ont tendance à se montrer accommodants et s’engagent dans une solution qui n’est pas équilibrée, qui ne tient pas compte de leurs besoins, et qui s’avérera intenable.

Le groupe qui assiste à la démarche et/ou le médiateur peuvent être mis à contribution pour veiller à l’équilibre des décisions et, surtout, pour proposer des solutions innovantes.


Carte 6 

jeu de cartes main

Les parties se font face, au niveau de la carte 6.


C’est le moment de conclusion de la négociation ou de la médiation. Les parties confirment leur satisfaction en se serrant la main. Les décisions prises peuvent être notées et signées .

Contactez-moi

Cathy Van Dorslaer
Formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes

par GSM
+32 496 80 50 56

par mail
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Via Facebook

Pour rejoindre les membres du site et être au courant des régulières nouveautés, cliquez ici

Typographiste & Croquis © 2012 - 2017