Girac Coli : Cathy Van Dorslaer, formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes à Profondeville (Namur) Belgique

facebook-simplegreen  

Castrol fait une fugue

Auteur : Cathy Van Dorslaer

 

Voir l'histoire (Coul.)

Voir l'histoire (N&B)

Pour ancrer l'apprentissage du vocabulaire des sentiments, j'utilise l'histoire "Castrol fait une fugue" (voir fiche téléchargeable ci-dessous).

Après un rappel des quatre émotions, les enfants devront identifier les différentes émotions ressenties par la petite casserole tout au long de son aventure. La notion de besoin est également évoquée.

Pour amener à la découverte des besoins fondamentaux, l'histoire de la petite casserole peut être racontée à nouveau, un peu plus tard. Les enfants s'en souviendront! Il suffira de demander: "Pourquoi la petite casserole est-elle triste? Fâchée? En colère? Contente?" Les explications données (Sa maison lui manque, Maman lui fait mal, elle a froid, le chien l'attaque, Maman a dit qu'elle était la meilleure,...) feront émerger les besoins de survie, de sécurité, de relation, d'estime de soi.

 

Voici de quelle façon les enfants de première et deuxième maternelle de l'école fondamentale Saint-Joseph de Vezon réagissent à la première découverte de l'histoire, où il s'agit d'identifier les sentiments:

 

 

 

 

Même activité avec les plus grands de troisième maternelle. L'histoire plait aux enfants jusqu'en deuxième primaire.

 

 

Ce n’est vraiment pas gai d’être une petite casserole, une toute petite casserole, à peine plus grande qu’un bol.
Tellement petite qu’on ne s’en sert que pour préparer le biberon chaud de bébé le matin et le lait chaud de maman le soir.


Non, vraiment, ce n’est pas gai du tout ! Pourquoi ? Vous ne comprenez pas ? Vous savez ce que ça fait du lait qui chauffe, qui bout et qui déborde ? Ça colle ! Et il faut frotter, frotter fort pour enlever l’écume qui s’incruste sur les bords. Plusieurs fois par jour, Castrol, la toute petite casserole, doit subir le nettoyage énergique de maman, avec l’eau qui brûle, le savon qui pique et l’éponge qui gratte.


Castrol est furieuse, elle aimerait tant qu’on la traite avec plus de douceur et surtout qu’on lui fasse davantage confiance. Pourquoi ne l’utilise-t-on que pour chauffer le lait ? Pourquoi ne lui confie-t-on pas les sauces délicates, les petits plats mitonnés, le chocolat fondu qui sent si bon ?

Vraiment, elle est très fâchée et tellement découragée…
Cela ne peut plus durer ! Elle va partir, faire une fugue !


Un matin, après le lait chaud de bébé et le nettoyage énergique de maman, Castrol se glisse hors de l’armoire, traverse la grande cuisine sans faire de bruit et profite de la porte restée ouverte pour s’enfuir de cette maison où personne ne la respecte.


La voilà dehors, impatiente de découvrir le monde et d’y prendre sa place, toute excitée à l’idée de se faire de nouveaux amis qui sauront l’apprécier.


Mais dehors il fait froid, il neige et les rues sont boueuses. Et quand on est une petite casserole, une toute petite casserole, la moindre flaque d’eau devient un océan glacé, un tas de neige prend l’allure d’une montagne glissante et terrifiante.


Castrol est épouvantée par les voitures qui passent à toute allure en l’aspergeant d’eau sale.
Les passants, pressés et maussades, ne la voient même pas, elle est si petite, et la piétinent brutalement.


Castrol est paniquée. Elle regrette amèrement la tendre chaleur de la maison, l’affection des autres casseroles, le joyeux gazouillis de bébé, et même les nettoyages de maman. Elle veut rentrer !


Alors, courageusement, elle a fait demi-tour. Elle a retraversé les flaques immenses, la neige glacée. Epuisée et tremblante, elle a retrouvé son armoire où les grandes casseroles lui ont gentiment fait une place. Bien à l’abri, bien au chaud, Castrol s’est endormie, heureuse, enfin.


Castrol est une petite casserole, toute petite, qui sert à chauffer le lait. Elle en est très fière. Après tout, il n’y a qu’elle, ici, qui puisse le faire… aussi bien, aussi souvent et aussi bon. Tout le monde le lui a dit.

 

Le principe de l'identification des sentiments et des besoins, tout au long du récit peut être utilisé avec de nombreux récits.


Une autre histoire "Le masque de Mario" fonctionne également très bien. Vous la trouverez dans la rubrique "Gira-coli/Cathy Van Dorslaer/Histoires pour enfants"

 

L’homme préhistorique

Auteur : Cathy VAN DORSLAER, 

d’après le récit de Jean-François LECOCQ

Voir l'histoire (Coul.)

Voir l'histoire (N&B)

Imaginez un homme préhistorique, dans le beau décor de nos Ardennes. Le temps est serein, les sources le désaltèrent mais notre homme a faim. Sa route croise celle d’un animal qu’il n’a jamais encore eu l’occasion de voir, ni de… goûter : un sanglier. L’homme a l’idée de le tuer et de le cuire. Et le sanglier s’avère être parfaitement comestible. Notre homme est rassasié.


Mais un orage éclate. Cherchant à s’abriter de la pluie, du vent et des éclairs, l’homme entre dans une grotte. Celle-ci est confortable, avec, dans le fond, une alcôve plus fraîche, que l’on peut fermer avec une pierre. L’homme repense alors à la carcasse de sanglier qu’il a laissée dehors et qui lui permettrait de se nourrir durant plusieurs jours. Il décide d’aller la chercher et la met à l’abri, bien au frais, dans l’alcôve. Il a de quoi se nourrir et se loger durant plusieurs jours. Pour la première fois, notre homme s’endort serein, en sécurité.


Après s’être reposé plusieurs jours dans sa grotte, notre homme décide de partir explorer les alentours. Chemin faisant, il rencontre une tribu. Après avoir établi des premiers contacts, l’homme leur fait découvrir l’intérêt de chasser et de se nourrir du sanglier, de le conserver au frais dans une grotte. La tribu est enthousiaste et lui propose de se joindre à elle. Notre homme n’est plus seul.


Motivé par la reconnaissance de sa nouvelle tribu, l’homme met au point diverses façons de cuire le sanglier, d’aménager les grottes pour y loger et y conserver de la nourriture. Il réfléchit même à la façon d’utiliser les peaux des bêtes chassées. Ses aptitudes et sa sagesse finissent par dépasser les frontières de sa tribu et d’autres tribus font appel à lui pour qu’il leur fasse connaître son savoir. Notre homme est heureux de se sentir utile et apprécié.


Les années passent. Après avoir sillonné de nombreuses régions pour enseigner son savoir auprès d’autres, notre homme retourne dans sa tribu initiale. Un jour, il ressent l’envie de retourner dans la grotte où son aventure a commencé. Arrivé dans la grotte qui n’a guère changé, il ressent le besoin de faire le bilan de toutes ses années d’expériences et de rencontres. Il prend du charbon, de la terre, des fruits sauvages écrasés, quelques bouts de bois, et commence à couvrir les parois de sa grotte de dessins représentant les années de sa vie, les rencontres, les apprentissages, les dangers encourus, les victoires obtenues, les joies, les peurs, les tristesses,… Une fois son œuvre terminée, notre homme se sent comblé.

 

 

Tai Chi des besoins

Ecole fondamentale des Soeurs de la Providence (GPF2) à Gosselies. Classe de 3ème de Madame Julie.

Durant ce moment magique (que j’ai bien eu du mal à filmer tant j’étais émue), les enfants ont alterné spontanément deux exercices :
• La fleur (à deux reprises) : exercice de concentration préconisé par la méthode Félicitée mise au point par Catherine Delhaise
• Les gestes convenus ensemble pour mimer (et retenir) les différents besoins fondamentaux liés à la survie, la sécurité, la relation, l’estime de soi, l’actualisation.

Le fond sonore est extrait de "Mozart l'égyptien".
La fiche pédagogique se trouve après la vidéo.

{youtube}9dcWGuoYUGk{/youtube} 

Objectifs

• Ancrer le vocabulaire spécifique des besoins fondamentaux

• Découvrir les différents besoins fondamentaux

• Mener une activité propice à la concentration et à la détente, tout en sensibilisant au vocabulaire des besoins fondamentaux

A quel moment ?

• Après avoir mené l’activité « Gaspard le naufragé » proposée dans l’ouvrage « Graines de médiateurs II » qui permet de découvrir la notion de besoin fondamental.

• En début de séance, pour proposer une activité de détente

Matériel

• Un espace dégagé pour que chaque participant dispose de la place suffisante pour exécuter les différents gestes

• Un fond sonore qui se prête à une gestuelle lente

Déroulement

• L’animateur rappelle l’activité « Gaspard le naufragé » et demande aux participants de citer les différents besoins évoqués alors

• L’animateur explique la gestuelle du Tai Chi (des gestes lents) et, pour chaque besoin évoqué, montre un geste spécifique (voir les différentes vidéos)

• L’animateur invite les participants à prendre place dans la pièce • Sur un fond sonore ou pas, l’animateur énumère un à un les besoins fondamentaux, montre les gestes convenus. Les participants les exécutent lentement.

OU

• L’animateur présente l’activité comme étant propice à la concentration et à la détente

• L’animateur explique très simplement la notion de besoin fondamental : pour être heureux, nous avons tous besoin de manger, de boire, de dormir, de bouger, d’être en sécurité (ne pas être blessé, insulté, moqué), d’aimer, d’avoir des relations, d’être fier de soi, de comprendre, de s’instruire, d’avoir du plaisir, de célébrer des moments heureux

• L’animateur montre le geste qui correspond à chaque besoin fondamental

• L’animateur invite les participants à prendre place dans la pièce

• Sur un fond sonore ou pas, l’animateur énumère un à un les besoins fondamentaux, montre les gestes convenus. Les participants les exécutent lentement.

Prolongement

Lors de négociations ou de médiations, se souvenir des gestes (faire appel à la mémoire kinesthésique) aide les participants à se souvenir du vocabulaire spécifique des besoins fondamentaux.

 

Ecole fondamentale de la Communauté Française, Tamines centre. Classe de 3ème de Madame Lefranc, avec la complicité de Dominique et Marie-Laurence

  {youtube}DA4Ymg_uVvk{/youtube}  

Contactez-moi

Cathy Van Dorslaer
Formatrice  en gestion positive des conflits, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes

par GSM
+32 496 80 50 56

par mail
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Via Facebook

Pour rejoindre les membres du site et être au courant des régulières nouveautés, cliquez ici

Typographiste & Croquis © 2012 - 2017